Résumé du livre :
Ce recueil nous parle d’amour sous toutes ses formes : passionnel et magique, sombre ou lumineux, triste, physique, mort et parfois si vivant.

Avant-propos :
Le voilà enfin. Le premier livre de Frédéric Brusson. Il s’agit certes d’un recueil de nouvelles et de textes courts, mais il est symbolique. Après nous avoir régalé avec ses publications sur sa page « Mes mots pour mes maux », il concentre dans ce livre, des textes qui lui sont chers.

Mon avis :
Frédéric nous a habitués, nous lecteurs et passionnés par les mots à lire du romantique, du mélancolique, de la tristesse et de la joie aussi, de l’Amour, beaucoup d’Amour sous toutes ces formes, le tout avec une plume qui s’affine de texte en texte. Pour le connaître un peu, je sais qu’il en a encore sous le pied et nul doute que dans l’avenir il nous comblera de récits toujours plus poignants et émouvants. Recueil, roman, publications, qu’importe pourvu qu’il écrive encore et encore, tant que l’envie et le besoin seront de la partie, nous serons comblés de le lire.

Dans ce recueil, on passe du sourire aux larmes, de la joie à la tristesse, d’un rictus aux yeux embrumés. On a le cœur qui s’emballe, comme ses personnages qui ne cessent d’être portés par des histoires d’un réalisme à nous couper le souffle. Ces tranches de vie nous appartiennent toutes ou en partie, cela en est parfois déroutant. Et si nous aussi, on se retrouvait dans pareilles situations, confrontés aux mêmes événements, aux mêmes choix, aux mêmes injustices… Que ferions-nous pour garder espoir, pour ne pas baisser les bras, pour continuer d’aimer, pour croire encore en la vie ? Autant de questions abordées par l’auteur qui tente de nous éclairer avec un angle tout à fait personnel. Il met « des mots sur des maux », il le fait bien et moi, ça me plaît.

Je pense que je pourrais vous parler de chacun de ces textes pendant des heures, tant ils trouvent écho en moi, mais ce serait vous priver de votre propre plaisir.

Il faut que vous sachiez que ces 180 pages sont remplies d’une mélancolie contagieuse, mais qu’il est bon pour le lecteur de se projeter dans ces histoires. Est-ce que l’on fait ce qu’il faut au quotidien pour profiter de chaque moment avec l’être aimé ? Et que faire face à des situations où tout semble être parfait en apparence, où tout peut sourire un jour et vous échapper le lendemain ? Affronter toutes les injustices imposées par la vie qui peut en un claquement de doigts, tout vous retirer, comme ça, sans prévenir.

Je ne suis pas surpris d’avoir aimé ce recueil tant j’aime la sensibilité de l’auteur. Cette source d’inspiration qu’est la mélancolie pour Frédéric, je la connais aussi, je m’en inspire à travers ce genre de lecture, en écoutant mon chanteur préféré, en repensant au passé, à mes choix, mes réussites, mes échecs…

Je vais même profiter de cette chronique pour remercier Frédéric pour les émotions qu’il met dans chacun de ses textes, pour la justesse des sentiments qu’il décrit à travers ses personnages et enfin pour l’homme qu’il est, avec ce côté profondément humain qu’il cache derrière des failles qui le rendent tellement vrai.

J’ai hâte de le lire de nouveau et vous invite à découvrir rapidement sa plume.

On en parle dès que vous l’aurez lu !

One thought on “(Dés)amour – Frédéric Brusson”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *