Résumé du livre :
Charlie est journaliste en reportage en Syrie. Julie, sa compagne, est médecin urgentiste à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l’État Islamique. De Paris à la Syrie, en passant par la Turquie, des vies se croisent, projetées dans le fracas d’un monde dans lequel des hommes et des femmes ordinaires deviennent des résistants de la liberté.

Avant-propos :
Voilà le premier roman d’Olivier Tarassot et à mon avis ce ne sera pas le dernier tant cet auteur a des choses à dire.

Ma rencontre avec Olivier, c’était il y a un an environ. Il est venu me demander de lire son livre pour avoir un avis extérieur pour voir si son texte était de qualité. Il m’a présenté le pitch du livre et je me suis dit pourquoi pas. J’en ai parlé à Claudie Libersa (lectrice passionnée et correctrice hors pair) qui a également été tentée par la lecture du livre.

Nous avons longuement discuté avec Olivier afin d’être les plus objectifs possible dans nos retours et commentaires.

Huit mois après, il est revenu avec un texte bonifié qui a retenu toute notre attention et nous a donné envie d’aller au bout de l’aventure avec lui.

Mon avis :
Le thème abordé dans ce livre : la liberté d’expression n’est pas un sujet facile, surtout dans un contexte politique international compliqué, avec des événements dramatiques que l’Europe connait depuis quelques années, et plus récemment encore, notre pays, et les attentats encore dans les esprits de tous.

Mais pour être honnête, en lisant ce livre, ce n’est pas le combat contre l’islamisme radical, le terrorisme qui a retenu mon attention. Non, ce qui m’a plu dans le livre, c’est autre chose. Un sujet en toile de fond, guidé par une jolie plume et un style soigné : « l’amour ». Cette valeur sûre qui conditionne notre humanité depuis toujours, souvent bafouée, mais tellement essentielle.

L’amour, celui qui nous pousse à faire des choix, à dépasser nos limites, à nous mettre en danger pour l’autre, mais aussi celui qui parfois nous oblige à garder le silence pour préserver l’autre, qui nous rappelle que le manque crée le besoin, que la distance ne peut pas séparer deux âmes qui s’aime. Que toutes les douleurs ne peuvent entamer cette montagne de sentiments.

C’est quand les gens ne sont plus là qu’on se rend compte qu’on tient à eux. Cette phrase me revient souvent en tête comme pour me rappeler qu’on passe trop souvent à côté de l’essentiel.

Quels que soient les moyens pour y parvenir, les preuves d’aimer ne manquent pas, elles ne doivent jamais manquer.

Dans ce livre, on va suivre Charlie, journaliste engagé, spécialiste du Moyen-Orient et qui consacre sa vie à la liberté d’expression, la liberté de pouvoir tout dire en toute circonstance, de faire tomber les barrières entre ce qui se passe dans le monde et ce qu’on nous rapporte réellement. Oui, c’est son combat au quotidien, mais comme tous les combats, le sien a un prix, celui de mettre sa vie personnelle en péril.

Julie, partage la vie de Charlie depuis plusieurs années, elle respecte son travail et accepte les risques qu’il encourt à chaque voyage. Elle supporte aussi son caractère souvent mystérieux, mais l’amour balaie autant les doutes que les certitudes, surtout dans des situations aussi extrêmes.

Julie a aussi choisi une cause juste pour son travail, elle est médecin urgentiste à la Salpêtrière de Paris, une vocation plus qu’un métier. Elle a besoin de cela pour se sentir exister, et aussi pour équilibrer la balance avec Charlie.

Ensemble, ils forment un couple que l’amour porte très haut, mais voilà, dans tout équilibre, à un moment donné, il y a une faille.

Charlie file en Syrie pour un reportage avec son ami Pablo et tout ne va pas se passer comme prévu. Ils sont pris en otage par l’Etat Islamique et c’est le début d’une course contre la montre pour les deux compères, mais aussi pour Julie qui comprend rapidement que la situation est grave.

Julie, effondrée, va survivre à cette annonce, car elle est persuadée que son amour pour Charlie sera plus fort que tout et contribuera même à le faire revenir.

L’auteur va faire correspondre Charlie et Julie, pour que l’un et l’autre puissent garder espoir en l’humanité, en l’amour aussi, mais également pour témoigner de leur combat pour respecter leurs valeurs, et rester « libres ».

Vous allez donc suivre cette aventure tantôt à travers les yeux de Charlie, tantôt ceux de Julie.

La plume d’Oliver va nous faire vivre cette histoire en passant par des émotions diverses, on éprouve de l’empathie, de l’amour, de la tristesse, de la colère, de l’indignation et bien d’autres encore. La palette de sentiments offerte dépendra aussi de votre capacité à vivre ces destins croisés.

Pourquoi je parle de destins croisés ? Car en plus de suivre l’histoire à distance de Julie et Charlie, nous allons également accompagner Lola et son père dans une aventure que l’on ne souhaite à aucun parent, mais je vous laisse découvrir tout cela avec les mots et la sensibilité de l’auteur.

Comme je le disais plus haut, dans ce livre, le côté « Etat Islamique » n’a pas retenu toute mon attention. Certes, la tension et les conflits sont présents, mais, ce qui m’a touché, c’est d’un côté cette histoire d’amour censée être facile et qui pourtant est rendue si compliquée entre un homme et une femme qui campent sur leurs idéaux, avec des caractères affirmés luttant pour une cause juste : la liberté.

Une liberté, il ne faut laisser personne nous l’enlever, personne nous en priver.

Et de l’autre, une relation parents/enfants, avec une communication souvent rendue compliquée, de non-dits aux sentiments pudiques, à des conflits de générations qui peinent à trouver leur place dans une société manipulée. On s’aime comme on se déchire.

La rencontre avec d’autres personnages va alimenter les débats avec intelligence et offrir des rebondissements intéressants.

Olivier avec son style, sa sensibilité, son histoire et ses personnages nous offre un avant-goût (parfois amer) de cette vision de la liberté sans pour autant tomber dans les clichés habituels, en étant capables de faire la part des choses entre ses convictions personnelles et l’histoire romancée de son livre, le tout avec un angle intéressant, engagé et précis.

Je suis habitué aux romans noirs, aux thrillers, policiers. Cette lecture à la base ne s’inscrit pas vraiment dans mes goûts, mais je dois avouer que ce texte est plein de bon sens et de justesse. C’est vraiment très bien écrit et on sent au fil des pages, la passion et la détermination des pensées que l’auteur a voulu faire passer.

Je vous invite, comme moi, à découvrir cet auteur, et je l’invite au passage à se remettre à l’écriture dès que possible.

Un dernier mot pour remercier Olivier pour la confiance qu’il m’a témoignée depuis maintenant un an. C’est un auteur de talent qui doute, souvent, trop même, mais la confiance va s’installer avec le temps.  Les retours de lecture qu’il aura, ne pourront que l’aider à croire en lui. Mais Olivier, c’est aussi un homme complexe, pudique, travailleur, et juste. Ce premier roman atteste a bien des niveaux de son travail acharné. Il est exigent envers lui et c’est sa meilleure arme.

Merci Olivier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *